Paroisse Saint Eloi des Hauts de l'Aurence

Retour de Cracovieimprimante

Publié le 21 août 2016

Marie-Sarah était aux JMJ avec environ 150 jeunes Poitevins et Charentais.  Elle nous partage ce qu'elle a vécu durant ces 15 jours passés en Pologne.

Ce séjour s'est un peu déroulé en crescendo : tout d'abord deux jours de bus, qui nous ont permis d'apprendre à nous connaître au sein du groupe ; ensuite une semaine d'immersion en Pologne, à Wrocław puis à Bełchatów et enfin de tous pays nous avons convergé vers Cracovie pour vivre la deuxième semaine. Dans toutes ces villes, nos familles d'accueil, les responsables paroissiaux, les volontaires ont mis beaucoup d'énergie et de cœur pour nous accueillir, nous mettre à l'aise, nous faire découvrir leur pays. De beaux moments de partage et d'échanges se sont vécus et des liens d'amitié se sont créés.

Il nous a également été donné de vivre deux temps forts avant d'arriver à Cracovie: un pèlerinage à Czestochowa (sanctuaire de la vierge noire) et un rassemblement diocésain dans le stade de Łódź où nous étions environ 13 000 ; un avant-goût de l'internationalité présente à Cracovie !

Rassemblement à Łódź                                                                               Pélerinage à Czestochova

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Cracovie, ville magnifique, où nous avons passé une semaine de fraternité qui s'est conclue par un week-end au Campus Misericordie et la messe d'envoi où nous étions environ 2 Millions.

Ces Journées avaient pour thème la Miséricorde, avec les figures marquantes de St Jean-Paul II et Ste Faustine. « Heureux les cœurs miséricordieux, car ils obtiendront miséricorde. Heureux les cœurs aimants ouverts à l'amour de Dieu le Père » tel est le refrain de l'hymne que nous avons chantée tout au long de ces journées.

Mais comment pouvons-nous dire « C'est le temps de la miséricorde », comment pouvons-nous nous laisser toucher par la miséricorde de Dieu puis devenir nous-mêmes instrument de cette miséricorde. Voici les 3 thèmes des catéchèses sur lesquels nous avons pu échanger avec 3 évêques de France. Questions difficiles dans le contexte actuel, alors que les bribes d'actualité que nous recevions listaient guerres, attentats, assassinats…

Pas de formule magique évidemment mais des pistes, des réflexions, des questions :

- L'idée de miséricorde semble mettre mal à l'aise car nous ne nous donnons pas le droit à l 'erreur. Dans un monde où les sciences et connaissances progressent à grande vitesse , nous ne pardonnons pas les échecs. Rappelons-nous les mots de St Paul : « Si votre cœur vous condamne, Dieu est plus grand que votre cœur »

- Pour reprendre les mots du Pape François : « Dieu ne se lasse jamais de nous pardonner, c'est nous qui nous lassons de demander pardon"

Ainsi n'hésitons pas à demander pardon, même de ne pas pouvoir pardonner. C'est un premier pas pour ouvrir son cœur et nous ouvrir à la grâce de Dieu qui pourra travailler en nous et avec le temps nous mener au pardon.

- Pourquoi dissocier notre relation à Dieu de notre relation aux autres ? Puis-je essayer de regarder l'autre avec les yeux de Dieu ?

Plus concrètement quelle belle image de voir cette foule de jeunes que nous formions, avec ces drapeaux issus des 4 coins du monde, rassemblés autour du Pape, représentant du Christ, et vivant ensemble ces moments de communion et de fraternité. Comment alors ne pas envisager que les conflits puissent cesser, qu'un monde de paix soit possible et que si nous le voulons, nous pouvons le bâtir ensemble...

Je retiendrai enfin cet appel du Pape François qui nous a dit être peiné de voir des jeunes de 20 ans déjà retraités, qui ont jeté l'éponge, qui sont résignés. Il nous a invité à ne pas rester installés dans notre canapé mais à nous lever, à mettre nos chaussures de marche pour aller à la rencontre de l'autre. A nous maintenant de nous lancer dans l’aventure de la miséricorde afin de construire des ponts et d'abattre les murs.

RETOUR